super-papa

La grossesse alitée n’est pas toujours une période facile à vivre pour la maman-canapé.
Et pour le conjoint de la maman-canapé, ce n’est pas forcément de tout repos non plus…

Maman Alitée a donc décidé de laisser exceptionnellement le clavier à Super-papa pour lui (votre homme) donner quelques astuces pour mieux vivre votre grossesse à l’horizontale.

Voici donc le message d’un papa-mari-de-maman-alitée à ses semblables :

Mesdames qui lisez ces mots, n’hésitez pas à passer cet ordinateur à votre homme. C’est un article pour vous mais surtout pour eux (pour une fois !)

C’est donc moi, celui que ma chère et tendre s’obstine à appeler « Super Papa » (la classe quand même !) qui prend la plume pour raconter un peu ce que c’est de vivre une grossesse alitée côté « mâle ».
Car oui, nous aussi nous « vivons » votre grossesse !

Alors bien sûr, nous serons toujours battus par l’argument massue « Oui mais toi tu ne sais pas ce que c’est que d’être dilatée à 5 centimètres, ou d’avoir des contractions-que-d’ailleurs-tu-sais-que-les-dernières-études-ont-montré-que-la-douleur-équivalait-à-celle-d’un-Boeing-qui-te-passe-sur-le-ventre-ajouté-à-une-décharge-de-5000-volts-ou-d’un-parpaing-sur-ta-partie-du-corps-la-plus-sensible” (ouh là n’en jette plus je visualise bien…).
Je ne parle même pas des hormones qui jouent au yoyo, des nausées du début, des troubles digestifs et autres problèmes de circulation divers et variés…

Pour toutes ces raisons, vous autres les mamans et futures mamans aurez notre reconnaissance et notre admiration éternelle !

Mais pour ce qui est de la spécificité des mamans alitées, le Mâle a un rôle bien précis à jouer, puisqu’en plus d’assurer le rôle de soutien psychologique en toutes conditions, il doit aussi jouer celui d’intendant en chef du foyer.

Terminées les excuses bidons pour retarder la séance ménage !
A la trappe, les « Je ne peux pas faire les courses car je ne sais pas où est le post-it que tu utilises pour faire la liste et d’ailleurs j’ai pas de stylo sur moi », les « J’aimerais bien aller chercher les enfants à l’école mais là il y a mon vieux copain de lycée qui m’attend pour aller boire un verre »…
Désormais, vous voilà bombardé de responsabilités supplémentaires !

Là, 2 scénarios se profilent :
– Vous participez depuis longtemps aux tâches du quotidien. Dans ce cas, l’effort qui vous sera demandé par la condition actuelle de votre douce sera sans doute un peu plus facile à gérer.
– Vous faites partie de ces hommes pour qui chaque tâche est sexuée : aux femmes l’entretien du foyer, aux hommes le plantage de clou dans un mur. Et là, plus dure sera la chute…

Diplômé du brevet de « je-vis-avec-une-femme-alitée-et-j’ai-survécu-2-fois », et partageant la vie, les joies et les peines de ma chérie, il me paraît essentiel d’éclairer mes homologues masculins sur quelques points. De gros points.
Je mettrais même une dimension biblique à ces conseils, vu l’enjeu (sans vouloir vous mettre la pression messieurs…).

Voici donc les 10 commandements que tout futur papa conjoint d’une maman alitée se doit de savoir par cœur :

1- En toutes circonstances ton calme tu garderas

C’est bien sûr le premier des commandements en vue de ce qui va vous arriver.
Le surmenage, la suractivité, le stress professionnel et les questionnements que peuvent amener l’arrivée d’un enfant vont mettre vos nerfs à rude épreuve. Restez calme !
Ce n’est pas toujours simple, j’en conviens, mais si vous montrez à votre chérie que vous pouvez gérer sereinement les choses, elle vous en sera reconnaissante et ce sera un gros point de tension en moins.
Si vous n’y arrivez pas, je vous conseille ceci.

2- Des connaissances médicales encyclopédiques tu apprendras

Votre chérie va fréquemment vous parler d’un de ses seuls liens avec le monde extérieur, à savoir ses rendez-vous médicaux.
Et là, le résumé risque d’être… complexe….
Mieux vaut savoir ce qu’est un col mou, des contractions de Braxton-Hicks, des semaines d’aménorrhées, un utérus contractile, une présentation du fœtus par le siège, et autres termes barbares.
Votre moitié vous sera très reconnaissante de comprendre “un peu” sa situation, et de ne pas simplement faire « oui » de la tête alors que vous êtes complétement largué.
Encore une fois, pour la paix des ménages, c’est 10 points en plus !
Et puis, soyons quand même sérieux, il s’agit de la santé des 2 êtres qui vous sont le plus cher, votre chérie, et votre futur enfant, donc ça vaut le coup de se pencher sur la question.

3- Du côté de ta femme tu te placeras

Une maman alitée doit faire face à de nombreuses difficultés, et non des moindres, à savoir les commentaires qui fusent autour de sa condition (Maman A a largement décrit cette manie qu’a l’extérieur de trouver l’alitement pas si inconfortable que ça finalement. Voir : les pires phrases entendues pendant la grossesse alitée).
Mettez-vous à la place de votre douce et soutenez-là si on l’attaque là-dessus.
La frustration qu’elles peuvent avoir à ne pas profiter pleinement de leur grossesse nécessite un soutien fort.
A deux, on se défend mieux !

4- La condition de ta femme tu ne DISCUTERAS pas

Eh oui, parfois parmi les détracteurs que je viens de citer dans le commandement précédent, vous pouvez avoir votre place.
Et pourtant, s’il y a une seule chose à retenir après 2 grossesses alitées, c’est bien que l’on ne discute pas de l’obligation d’être alitée.
Et surtout, surtout, on ne considère pas que ça peut parfois être un avantage de rester allongée !
Sauf si vous voulez déclencher une guerre nucléaire dans votre doux foyer…

5- Manuel tu deviendras

Vous n’avez jamais monté de table à langer ? De lit à barreaux ? Repeint de berceau ? Vérifié le fonctionnement d’un mobile musical ? Installé un siège auto en moins de 23 heures dans votre voiture ?
Il est temps de vous coller dans une belle collection de notices et modes d’emploi si vous ne voulez pas être pris au dépourvu quand Mini-Vous va débarquer.

6- Des termes étranges et obscurs tu découvriras

Gigoteuse, chancelière, turbulette, tire-lait, nid d’ange, inclinateur, grenouillère, cosy, protège-shampooing (!!!!)… le monde de la puériculture est un monde inaccessible si on ne se lance pas vraiment dans l’apprentissage de la langue !
Vu que vous ne couperez pas à l’achat de pas mal de ces produits, mieux vaut les connaître au préalable. (Après, vous aurez tout le loisir de vous attaquer aux différences entre les couches taille 3, 4 ou 5, aux biberons à vitesse variable… mais je ne veux pas vous effrayer pour le moment)

7- Un minimum de connaissances culinaires tu apprendras

Je n’ose pas vous dire d’apprendre à passer le balai ou la serpillère, on ne vit quand même plus dans Mad Men (à tort parfois, mais c’est un autre débat très malvenu ici…hem).
En revanche, cuisiner des choses simples, bonnes pour toute la famille, à base de ces trucs verts et rouges qu’on appelle légumes, est un plus indéniable. Ne serait-ce que pour votre porte-monnaie qui sera soulagé de s’épargner l’achat de 50 plats surgelés par semaine.
Des plats basiques mais bons foisonnent dans les émissions télé et les sites Internet, inspirez-vous en !

8- Le canapé parfois tu réclameras

En tout cas, une petite place à côté !
A la fin de la journée, après tous ces débordements d’énergie, vous aurez mérité un peu de repos auprès de votre chère et tendre.
Sans prendre toute la place (là, ce serait malvenu), une petite séance canapé côte à côte sera du plus grand réconfort pour tous les deux.

9- Sur tes enfants (si tu en as) tu ne crieras pas (ça marche aussi pour le chien, la belle-mère ou le poisson rouge)

Retour grosso modo au commandement numéro un.
Allez, pour la peine je vous donne une deuxième option si tout va mal ! (là si ça ne marche pas pour vous, je n’y peux plus rien…)

10- Du temps tu t’accorderas

Avec tout ce que vous aurez à gérer, il est important, je veux dire primordial, indispensable, de vous accorder un peu de temps. Surtout que vous allez vite comprendre dans quelques semaines qu’un mini gnôme va le prendre, lui, tout votre temps.
Pour être serein, il faut être en forme et pour être en forme, il faut prendre soin de vous.
Si vous ne voulez pas fumer 15 clopes par jour pour cause de surcharge familiale, accordez-vous votre partie de foot hebdomadaire, retrouvez un soir vos potes pour boire un verre ou faites vous un bon ciné / mal bouffe (sans narguer votre chérie qui est au régime pour cause de diabète gestationnel…)
Et là je m’adresse aux mamans-canapé : laissez-les faire ! Ils n’en reviendront que plus reposés-défoulés-détendus-décontractés et donc aux petits soins pour vous !

Pour conclure (j’en profite, j’ai la parole) :

Le point essentiel de tout cela dont tu te rendras compte très vite : un papa tu deviendras.

Sur un plan personnel, je me suis senti père dès l’instant où j’ai compris qu’on était deux à affronter les difficultés liées à la grossesse, qui plus est alitée.
Toutes ces épreuves, anecdotiques ou plus sérieuses, forgent votre faculté à être parent, exactement comme la grossesse vécue par votre chérie la façonne comme mère.

Ne craignez donc pas toutes les questions qui vous trottent dans la tête. Ce sont elles qui feront de vous un papa formidable, car au bout du compte vous y répondrez forcément, chacun à votre rythme.

Et si lors de la grossesse la paternité vous semble un sommet inaccessible, dites-vous bien qu’une fois Mini-Vous débarqué, et qu’il/elle vous aura dévisagé avec son petit sourire, ou se sera endormi dans vos bras avec ce sentiment de sécurité, vous vous direz que ces efforts en valaient la peine.
Oh que oui, ils en valaient la peine !

______________________________________________________________________________

Autres articles similaires :
Top 10 des objets pour survivre à une grossesse canapé
Top 20 des prénoms pour 2014
Grossesse : l’annoncer au futur papa

Rendez-vous sur Hellocoton !