• Open
  • Galam
    Membre
    12 mars 2015 à 19 h 40 min #32563

    Bonjour à toutes,

    Voici l’histoire de ma grossesse, qui se termine très bien, et qui, j’espère, donnera un peu de courage et d’espoir aux futures-mamans alitées, et donc souvent inquiètes de la suite des évènements.
    Personnellement, j’étais très anxieuse pour la suite quand j’ai découvert ce forum et j’étais contente de lire des histoires compliquées qui se sont bien finies… donc voici la nôtre…

    Grossesse gémellaire après PMA, qui commençait très bien. Mais à 17SA, je vois en consultation ma gynéco, qui me donne un arrêt de travail avec repos au lit pour modification du col, mais rien de franchement menaçant. J’avais quelques douleurs et contractions depuis 5 jours, que j’attribuais à mon activité professionnelle.

    Le soir même les douleurs sont brutalement devenues plus violentes et une des poches des eaux a rompu. Littéralement explosée (ça donne vraiment cette impression sonore et visuelle). Le début du cauchemar. Direction les urgences, où la gynéco a confirmé le diagnostic. Les 2 bébés allaient bien, mais l’un n’avait presque plus de liquide. Dès le lendemain nous avons compris que le pronostic était gravissime. En plus, le bébé avec la tête la plus proche du col était celui avec une poche des eaux intacte.
    Mais à l’écho suivante, après 4 jours, le bébé sans liquide était décédé et déjà engagé. Je ne sentais rien. Direction la salle d’accouchement immédiatement. Par « miracle » je n’ai accouché que du 1er bébé, sans aucune contraction, très vite. Les médecins étaient presque certains que j’allais expulser le 2e dans les heures/jours qui suivaient. Mais non. Mon col s’est « refermé » mais il n’était pas efficace, tout mou, donc ils ont décidé de le cercler. En fait, nous avons découvert à cette occasion que j’ai une béance du col.

    Retour à la maison avec alitement maximum, juste le droit de me lever pour aller aux WC et prendre ma douche.
    Après 4 semaines, réhospitalisation via les urgences pour des douleurs abdominales, avec une légère “descente” du cerclage, mais pas de menace imminente. Comme la situation s’était compliquée entre temps (bactéries résistantes sur les prélèvements vaginaux et problème de coagulation sur les prises de sang), je suis restée hospitalisée jusqu’à 34SA. J’ai eu les 2 cures de corticoïdes et des contrôles écho toutes les 3 semaines, qui étaient rassurants, même si le bébé grandissait de moins en moins “vite”. Le décerclage était prévu à 36SA.
    Mais après une petite semaine de retour à la maison, avec remobilisation (en gros, je mangeais à table et je m’asseyais sur le bord du canapé 1/2h de temps en temps) à la demande insistante des gynéco (qui avaient peur que je ne sois même plus capable d’accoucher), j’ai brutalement perdu les eaux, sans aucun effort ni aucune contraction.
    Direction la maternité pour un décerclage en urgence. 12h après naissait une magnifique petite fille de 1,9kg (donc un peu trop petite), mais qui allait très bien et était très tonique. Tellement tonique et en pleine forme qu’elle n’a même pas eu besoin d’aller en néonat et que nous sommes rentrés à la maison après 12j en unité kangourou.

    Louison a aujourd’hui un peu plus d’1 mois 1/2, pèse 3kg500 et va très très bien. Elle est éveillée presque comme un bébé “normal” du même âge et beaucoup plus qu’un nouveau-née d’une semaine (son âge corrigé).

    Quand la première poche des eaux a éclaté et que nous avons compris le pronostic très très mauvais de cette grossesse, nous n’aurions jamais osé espérer une suite aussi heureuse…
    Ça vaut le coup de se battre et les miracles se réalisent parfois!

    Bon courage à toutes.

    Marion.


    phylemon
    Membre
    Posts: 18
    13 mars 2015 à 14 h 47 min #32606

    Merci pour ce beau témoignage. Ça donne du baume au cœur et envie de se battre même si c’est dur de rester couchée.
    Bonne continuation :)


    EMMA6812
    Membre
    Posts: 245
    14 mars 2015 à 12 h 17 min #32650

    bonne continuation Marion, tu peux être fière de toi.
    Contente d’avoir pu partager ces longues semaines d’alitement avec toi!
    Aurélie